Comment Fallout 4 m’a volé ma vie ?

Pour trouver la photo à la une c’est ici.

Je l’avais prédit dans ma boule de cristal : Fallout 4 ! Dés sa sortie, j’ai couru l’acheter, je suis rentrée, je l’ai mis dans ma PS4…. Et j’ai perdu ma vie.

Je devais faire cet article il y a plus d’un mois déjà… Comme on dit mieux vaut tard que jamais. Je vais donc vous faire part de mes impressions en long, en large et en travers. Je suis sur le point de platiner le jeu, soit dit en passant.

L’œil vitreux, le teint malade on est bien dans Fallout !

L’œil vitreux, le teint pas net, on est bien dans Fallout.

 

Je ne vous le cache pas, les débuts ont été très mitigés. On est très vite mis dans le bain. En effet, on doit courir après un fils inconnu et auquel on est pas du tout attaché.

On sent que Bethesda a voulu rendre plus accessible ce dernier Fallout. Personnellement, j’ai trouvé le jeu facile par rapport aux autres opus. Fini les galères du début avec ton revolver ou ton fusil qui te pètent à la tronche (pas d’usure). On trouve également une armure assistée dès les premières heures de jeux. Canigou, arrive quant à lui, un peu comme un cheveux sur la soupe (et en plus il n’a subi aucunes mutations, son poil est nickel).

Mes doutes ont cependant, été très vite dissipés grâce à : l’inventaire au top du top, le craft<3, les graphismes,les nombreuses quêtes et bien sûr l’ambiance habituelle des Fallout.

 

Les quêtes dans Fallout 4

A première vue, la carte m’a vraiment fait flipper car elle avait l’air MI-NU-SCU-LE. En même temps, quand on a joué avec la carte de The Witcher 3, toutes les cartes paraissent petites. Je vous rassure tout de suite, il s’agit simplement d’une impression. La carte de Fallout 4 n’a pas à rougir face à The Witcher 3, car il y a vraiment de quoi faire. Presque chaque lieu est unique et a été travaillé pour une quête.

Parmi mes lieux préférés : l’abri 81, la ville de Covenant, Diamond City, le Prydwen, l’Institut, Goodneighbor ou encore la carrière Dunwich Borer. Ces lieux sont liées, plus ou moins, a des quêtes.

J’ai trouvé la quête principale très courte. Elle se fait, littéralement, écrasée par les quêtes secondaires (parfois plus originales et abouties).

Le petit plaisir Fallout : se balader et tomber au gré des nouveaux endroits sur des quêtes pas piquées des hannetons.

 

Viendez rejoindre les nazis de la technologie.

Viendez rejoindre les nazis de la technologie.

 

Les factions

Gros point positif, l’apparition de trois nouvelles factions : les miliciens, le réseau du rail et l’institut. Les deux premiers n’ont à mon sens pas vraiment d’intérêt. Les miliciens sont un peu trop dans le sauvetage de la veuve et de l’orphelin. Le réseau du rail quant à eux, ont plus une allure de clochards que d’organisation (même si, au final, les quêtes de cette faction sont vraiment pas mal). L’institut est clairement LA faction des maniaques de la propreté, un peu méchant sur les bords. Leurs quêtes secondaires sont à mon sens, « moins profondes » que celles des clochards (RDR) ou de la Confrérie de l’Acier. D’ailleurs,en parlant de CDA, je l’avais adoré dans Fallout 3 puis dans New Vegas, je l’ai aussi adoré dans Fallout 4. Ils sont beaucoup moins utopistes que dans les opus précédents, ce qui les rend plus intéressants.

Le petit plaisir Fallout : On va pas se mentir être dans le Prydwen en armure assistée X01 (rose) ça a une certaine classe !

 

Barbie dans les terres désolées, c'est maintenant.

Barbie dans les terres désolées, c’est maintenant.

 

Le craft et l’inventaire

Vous avez dit armure assistée ?

Vous avez dit armure assistée ?

 

Alors là, je tire mon chapeau aux développeurs car le craft et l’inventaire (ainsi que les graphismes) étaient les gros points noirs de Fallout. Le gameplay est tout en fluidité et en efficacité. Le craft a lui aussi droit à son petit coup de lifting. Personnellement, je l’ai trouvé vraiment pratique et limite addictif. On peut vraiment personnaliser son arme et l’on ressent chaque changement dans le gameplay. Un vrai régal !

Le petit plaisir Fallout : le Fatman, les magazines et les figurines à collectionner.

Attention la collectionnite, vous guette.

Attention la collectionnite, vous guette.

 

Et le dernier Femme Actuelle ?

Quelqu’un a vu mon dernier Fan2 ?

 

Remèdes contre les goules, les super mutants, les pillards et même les cons.

Remèdes contre les goules, les super mutants, les pillards et parfois même les cons.

 

Les armures assistées sont aussi modifiables

Les armures assistées sont aussi modifiables.

Les compagnons

On retrouve comme d’habitude un compagnon goule, super mutant, chien, humain, drogué et pour la première fois synth. En parlant de synth gros coup de cœur pour Nick Valentine qui est à mon sens le compagnon le plus charismatique (même s’il fait peur dans le noir), suivi de prés par Hancock. Au niveau des quêtes des compagnons, je vous conseille celle de Nickou et Macready.

Le petit plaisir Fallout : les réflexions de Nick Valentine ==> « Et sans transpirer une goutte, remarque c’est pas comme si je pouvais. » « S’il suffisait d’avoir une grande gueule pour retrouver votre fils, ça ferait longtemps que vous l’auriez retrouvé ! » « C’est con on commençait à devenir copain. »

 

By SineAlas.

By SineAlas.

L’ambiance

L’ambiance est toujours là. Le pip boy, le rétro-futurisme-steampunk, la drogue, la musique, les robots. Oui tout y est et c’est cette ambiance particulière qui fait la force de Fallout. Beaucoup de fans de la première heure ont été déçus par cet opus. Je n’arrive pas vraiment à les comprendre. Certes, on a attendu très longtemps ce Fallout, et il n’est peut être pas à la hauteur de toutes nos attentes. Mais pour ma part, Bethesda a fait son job et ce n’est pas mes 120 heures de jeux qui diront le contraire.

Le petit plaisir Fallout : on peut avoir désormais sa propre colonie (même si ça ne sert à rien et que les colons te volent tes affaires).

 

Tiens, mon lance-flammes que je cherchais partout.

Tiens, le lance-flammes que je cherchais partout.

 

Valérie Damidot version Terres Désolées ou le marouflage autrement.

Valérie Damidot version Terres Désolées ou le marouflage autrement.

 

Cet article a été réalisé sans Jet, ni Psycho, ni même Mentat.

 

Canigou et sa meuf.

Canigou et sa meuf.

Leave a comment